A quoi ressemblerait l’école de mes rêves ?

Ce projet est évolutif …

mindmap-projet-pedagogique-ecole-de-mes-reves

A quoi ressemble “L’École De Mes Rêves” ?

L’école est un lieu de vie sécurisant, incitateur et fédérateur où l’enfant construit les apprentissages dont il a besoin pour réaliser ses projets.

Quelle est sa mission ?

Le rôle de l’école est de permettre aux enfants de s’épanouir, de devenir libres et responsables dans leur propre intérêt et dans celui de la société.

Un enfant épanoui :

  • est heureux d’être à l’école
  • est serein, en paix avec lui-même et avec les autres
  • se développe dans toutes les dimensions (intellectuelle, émotionnelle, manuelle, corporelle, relationnelle, artistique)
  • découvre et explore pleinement les thématiques ou compétences qui le passionnent

L’enfant doit être libre :

  • d’être lui-même et de s’exprimer
  • libre de choisir ses projets, de les concevoir et de les mettre en oeuvre,
  • libre de remettre en question les idées reçues, de formuler un jugement indépendant, de suggérer de nouvelles idées

Un enfant responsable :

  • est auteur de ses apprentissages,
  • respectueux de lui-même, des autres et de son environnement,
  • investi dans un collectif.

Comment l’École réalise-t-elle sa mission ?

Pour accomplir sa mission, l’école s’appuie sur quatre piliers :

  • Des relations bienveillantes et coopératives,
  • Un environnement riche et incitateur,
  • Des apprentissages informels et autonomes,
  • Une école ouverte.

4 piliers fondateurs

1. Des relations bienveillantes et coopératives

Garantir un cadre sécure et bienveillant, c’est permettre à l’enfant de s’épanouir en toute confiance et en toute liberté au sein du groupe et dans l’espace éducatif.
Lorsque l’enfant se sent en sécurité, reconnu et a noué des relations de confiance, il est alors disponible pour s’ouvrir aux apprentissages et aux autres.
C’est donc un préalable indispensable.

L’école est un lieu de vie où l’enfant apprend à vivre avec d’autres personnes: il apprend à comprendre l’autre, à communiquer avec lui, à construire la notion de règle et à les accepter.
L’adulte veille à développer des relations solidaires.

Dans la pratique

Reconnaissance et Respect de chaque enfant

  • Respect de ses besoins et de son rythme de vie
  • Une attention particulière est portée à la transition maison/école.
  • Un accueil sans jugement de ce qu’il est
  • Respect de ses choix, respect de sa voix

Organisation coopérative

  • Coopération dans les apprentissages : les enfants apprennent en se confrontant à la pensée des autres et en s’entraidant.
  • Coopération dans la vie de la classe : les règles naissent de la vie en groupe. Elles sont à créer et à accepter car c’est d’elles que dépendent ce que l’on peut faire.
  • Chaque enfant est responsabilisé : il trouvera plus facilement sa place et aura davantage confiance en lui s’il a eu l’occasion de donner, d’aider autrui, de prendre des responsabilités.
  • L’enseignant est garant de la cohésion du groupe: il s’assure que chaque enfant soit reconnu et trouve sa place, tout en organisant des temps communs pour fédérer le groupe.

Bienveillance des adultes

  • Les enseignants ont une confiance inconditionnelle en les potentialités de chaque enfant.
  • Travail sur soi et en équipe pour incarner les valeurs du projet.
  • Chaque adulte veille à être serein, disponible et à faire preuve d’empathie.
  • Des temps d’échange réguliers sont organisés avec les parents pour favoriser une co-éducation bienveillante.

2. Un environnement riche et incitateur

L’enfant est curieux, il est désireux d’explorer ses capacités et d’apprendre. Proposer un espace éducatif riche et stimulant, c’est répondre à son besoin de découvrir pour grandir.

Dans la pratique

Des ateliers permanents

  • qui correspondent à différents langages à développer (oral, artistiques, écrit, mathématique, scientifique) et autres domaines d’apprentissages (temps, espace, motricité)
  • avec du matériel de la “vraie” vie: microscope, loupe, livres nombreux et divers, mètre mesureur, balance, ustensiles, boîte à outils…
  • avec du matériel avec un intérêt pédagogique identifié (exemple: Matériel de la pédagogie Montessori et de la pédagogie Freinet)

La nature

  • Les enfants ont besoin de passer du temps dans la nature pour leur bien-être physique et psychologique.
  • La nature est une source infinie d’apprentissages. Permettre aux enfants de vivre, avec tout leur être, de multiples expériences dans la nature, c’est faire le pari qu’ils voudront davantage en prendre soin.
  • L’espace extérieur de l’école propose un jardin d’herbe et d’arbres, un potager, des animaux, des matières (terre, sable, eau), des matériaux (bâtons, cageots…) et des outils (pelles, seaux…). Ou, à défaut, une matinée hebdomadaire en pleine nature.

Le multi-âge

  • qui permet à chaque enfant d’aller à son rythme
  • qui apaise le groupe et favorise l’entraide (plutôt que la compétition)
  • qui donne à voir aux plus jeunes l’intérêt des différents apprentissages lorsqu’ils voient les plus grands lire, écrire…
  • qui consolide les apprentissages des plus grands

3. Des apprentissages qui ont du sens

Les apprentissages se construisent à partir des interactions entre l’enfant et cet environnement.

 

L’enfant apprend quand il est intéressé, qu’il y met du sens, qu’il en a besoin. L’apprentissage n’est pas contraint. L’enfant apprend à être autonome et responsable, et non obéissant: il fait les choses parce qu’elles ont un sens.
L’enfant est auteur de ses apprentissages car il est à l’initiative des questionnements et des projets qui vont lui permettre d’apprendre.

Dans la pratique

Le tâtonnement expérimental

  • Le tâtonnement expérimental est un processus naturel d’apprentissage.
  • Les enfants expérimentent autant qu’ils le souhaitent: ils ont le temps.
  • Les interactions avec l’environnement matériel, les interactions avec les autres enfants et les temps de bilan (trace et mise en mots) sont les trois piliers du processus d’apprentissage.

Les activités et les projets d’enfants

  • Les jeunes enfants se situent dans l’action immédiate: ils explorent le matériel sans intention préalable. En grandissant, ils vont commencer à avoir une intention puis à se mettre en projet.
  • Des activités de la “vraie” vie : lire pour faire une recette; calculer et mesurer pour construire un cerf-volant; écrire pour demander, pour informer…
  • Des activités sont proposées par les enseignants, pour accompagner les apprentissages formels, pour faire découvrir un jeu, un matériel, susciter l’intérêt vers un domaine délaissé, accompagner des projets d’enfants. Elles peuvent être ponctuelles ou récurrentes (le journal scolaire, la correspondance, la cuisine, les discussions à visée philosophique…).

Les traces

  • Une trace individuelle et/ou collective peut être demandée par l’enseignant et élaborée à la fin d’une activité. Objectifs de ces traces:
    • Pour l’enfant: lui permettre de prendre du recul, d’approfondir ses représentations mentales, d’aller vers l’abstrait, vers une langue codifiée, de constater son évolution.
    • Pour la classe: cela constitue un support pour échanger, communiquer, garder en mémoire.
  • Ce peut être un dessin, un texte, une photo, une prise en note des paroles des enfants par l’adulte.

Des enseignants qui accompagnent

  • Accueil: les enseignants accueillent, encouragent, protègent, permettent.
  • Disponibilité: quand un adulte accompagne un ou plusieurs enfants dans une activité, l’autre adulte reste disponible et attentif au reste du groupe pour répondre aux besoins et aux sollicitations des autres enfants.
  • Suivi: observation, écoute et prise en note des paroles d’enfant pour adapter l’accompagnement de chacun.
  • Accompagnement global: les enseignants s’assurent du développement global de chacun. Les activités sont au libre choix, mais, si besoin, l’enseignant peut par exemple partir de l’intérêt de l’enfant pour lui proposer des activités dans un domaine qu’il délaisse.
  • Aménagement de l’espace : les adultes organisent et enrichissent l’espace de vie, et favorisent la libre circulation.

4. Une école qui fédère

L’école est un lieu de vie qui fédère les enfants, les parents, les enseignants et les autres adultes qui s’y investissent. Un lieu où on a plaisir à venir, à échanger, à proposer, créer et participer à des projets.
Un lieu qui se nourrit de la “vraie” vie, des surprises et des rencontres.

Dans la pratique

Communication

  • Correspondance scolaire avec d’autres écoles d’univers différents
  • Journal de la vie de la classe (sous forme d’un blog, d’un journal papier…)

Communauté éducative

  • Co-responsabilité: les enseignants et les parents partagent une même finalité: permettre aux enfants de construire leurs apprentissages. Les parents participent concrètement à la réussite du projet.
  • Ouverture culturelle: un adulte non francophone en immersion (un stagiaire par exemple qui vient apporter son aide), un artiste en résidence…
  • Projet intergénérationnel: des personnes retraitées peuvent s’engager à l’année pour venir lire des histoires, aider au potager, partager leurs savoirs…

Ouverte aux changements

  • Cette école évolue en fonction de ce qui s’y vit, en fonction des acteurs qui la font vivre (enfants, enseignants, parents).
  • Les enseignants sont des “éducateurs-chercheurs”, en recherche et en formation continues.

6 réflexions au sujet de « A quoi ressemblerait l’école de mes rêves ? »

  1. Encore une fois, que du bon sens qui ne peut mener en effet qu’à développer des écocitoyens responsables et épanouis !!!!! Merci Cécile

  2. Pour moi, l’ecole serait ouverte à la famille, il y aurait un sens de la communauté. Le lien entre les enfants et leur enseignant est aussi très important. Les enfants doivent sentir que l’on peut leur donner des responsabilités. Il faut également les faire rêver, les émerveiller et leur donner le pouvoir de découvrir des choses merveilleuses. En gros donner un sens à l’école par rapport à leur vie. C’est une sorte d’intégration ou le monde de l’enfant est valorisé tout autant qu le monde de l’école.

  3. pour lechange intergenerationnel pourquoi pas linverse? des enfants qui ont preparé une recette, un chant ou autre et se déplacent dans une maison de retraite (effectivement niveau sécurité/frais transport cest pas evident mais cest assez citoyen de rendre visite à nos ainés qui ne peuvent se deplacer! ) cest aussi rendre compte de l’evolution de la vie sans tomber dans le triste mais d’appréhender de nouvelles questions ce que nous apportent nos ainés ce quils ont connu etc…
    sinon je me pose toujours la question de la traçabilité du travail de l’enseignant? ya til un carnet de bord par éleve? les parents je pense demandent plus de transparence et de matiere à discuter à échanger sur ce que font leurs enfants dans l’enceinte de l’école , de plus comment quantifier l’accumulation des savoirs et rendre compte des acquis fondamentaux? voila des petites questions qui ma foi , je ne sais pas si elles sont intéressantes mais elles ont le mérite detre posées ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *